Un blog lifestyle...

Le sulfureux Jeune & Jolie – l’entrée dans l’âge adulte filmée avec sensibilité par François Ozon

Le sulfureux Jeune & Jolie – l’entrée dans l’âge adulte filmée avec sensibilité par François Ozon

J’ai moi aussi envie de donner mon avis sur ce film qui fait tant parler. Certains l’ont détesté – c’est le cas de mon chéri – d’autres ont été touché par sa sensibilité. Qu’en est il ? Est il bon à passer dans les reportages de capital ou au contraire évite t-il les pièges inhérents à ce type de sujet ?

Pitch

Le portrait d’une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons.
L’histoire d’une jeune fille de 17 ans, Isabelle, issue d’un milieu parisien aisé, qui décide de devenir une prostituée de luxe.

Voila voila quand je vous disais que la thématique était casse gueule, je ne mentais pas !

Mon avis ?

François Ozon, l’ancien enfant terrible du cinéma français est de retour, après son excellent « Dans la maison », il étudie cette fois-ci non pas sans une légère provocation, l’éveil sexuel d’une fille de dix-sept ans. La narration est finement menée puisque celle-ci est divisée thématiquement par saisons.

Isabelle, la fille en question, est joué par Marine Vacth, une actrice qui, pour sûr, nous livre ici une magnifique performance, d’une justesse incroyable. Marine Vacth a le charisme d’une star de cinéma. Elle captive l’objectif et garde les spectateurs en haleine. C’est une l’interprète idéale d’Isabelle : sobre, belle, impénétrable. L’érotisme que dégage l’actrice se marie parfaitement avec une certaine pudeur qui rend celle-ci infiniment touchante. Elle capte admirablement bien toute la langueur et l’incertitude des adolescents au bord du gouffre de l’âge adulte. François Ozon saisit chaque occasion de laisser sa caméra s’attarder sur elle, lui permettant, à travers des changements mineurs dans son expression, de transmettre des les émotions subtiles mais complexe de son personnage.

C’est un sujet délicat qui est abordé dans ce film. François Ozon aurait pu facilement tomber dans les clichés ou dans le vulgaire. Il n’en est rien. Si on aperçoit des corps nus, ceux-ci ne se révèlent pas être gratuits. Il a, heureusement, d’autres ambitions que de simplement titiller les spectateurs. On est donc loin du film racoleur et sans intérêt.

Ozon a des idées davantage recherchées voire plus élevées si je puis me permettre.  On regrettera cependant que celles-ci soient véhiculées de façon quelque peu simpliste. Je fais référence notamment à la scène où les lycéens étudient Rimbaud  et son très célèbre « On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. », décortiquant et manipulant, d’une manière loin d’être subtile, la matière première même du film !

La scène de Rimbaud dans Jeune & Jolie est finalement un microcosme des problèmes plus vastes rencontrés dans le film ! Cela ne gâche en rien cette histoire autrement engageante mais elle a, pour ma part, affaibli – dédramatisé le récit et en a fait une expérience beaucoup plus légère. Pourquoi pas… peut être qu’un dosage plus juste de la solennité / légèreté aurait pu servir davantage le film ?!  Ceci dit c’est une prise de position : Ozon a choisi de n’effleurer que la surface, prenant une approche qui papillonne entre gravité et légèreté.

François Ozon est donc explicite dans la manière dont il souhaite traiter le sujet et va au-delà du simple concept provocateur d’une adolescente qui se tourne vers la prostitution. On est loin du film graveleux, ici il est question de la recherche du soi profond à un âge où on l’est coincé entre l’enfance et l’âge adulte. C’est pourquoi il prend les spectateurs par la main – attention n’allez pas vous méprendre c’est tout en finesse et vraiment bien mené. Il va nous guider à travers cette version abrupte de l’adolescence et ne nous laissera pas le temps de comprendre lentement les expériences qu’Isabelle traverse, sans pour autant révéler de but en blancs les véritables motivations de celle-ci. Le fantasme ? L’interdit ? Le danger ? Tant de questions sans réponses. Le réalisateur laisse le public se faire une idée, et ça marche. Alors certes ça accroche puisque ça garde en haleine, mais en même temps cela lasse. Pour être honnête, je décrochais quelque fois, j’avais de temps en temps du mal à me soucier de son voyage.

Durant le film, Ozon nous laisse également des moment plus nuancés, où l’interprétation est libre en quelque sorte. J’ai, de ce fait, apprécié observer Isabelle commencer à ritualiser ses expériences avec les clients, ses comportements devenir répétitifs, la manipulation de son entourage… On l’observe se transformer sous nos yeux, elle devient quelqu’un qui est consommé par sa dépendance.

Verdict ?

Malgré une thématique sociétale provocatrice et quelque peu délicate à traiter,  François Ozon traverse ce champ de mines avec élégance et sensibilité. Jeune & Jolie est de ce fait un film engageant, divertissant et véritablement intéressant. Ce quatrain puissant traverse avec émotion et finesse les doutes, fantasmes et désirs d’une adolescente perdue. En sommes, une peinture fraiche et délicate, sans aucun jugement de valeur, où la mise en scène n’est jamais tape-à-l’oeil, toujours élégante et raffinée.  La scénographie ne m’a pas laissée de marbre, je l’ai trouvée très réussie, vraiment belle.  Ce film est d’une justesse rare et l’excellente performance et le charisme de Marine Vacth n’y est pas étranger.

 

Abonnez vous au blog :

     

Comments (4)

  1. Soizic 5 années ll y a

    Tu me donnes envie de me faire une petite toile. :)

    • Auteur
      Asuka 5 années ll y a

      J’espère que tu apprécieras le film ! Les avis sont très mitigés sur le sujet… :)

  2. auroreinparis 5 années ll y a

    Je suis totalement d’accord avec ton avis !

    • Auteur
      Asuka 5 années ll y a

      :) Ça me fait plaisir ! Car à la maison c’est la guerre sur ce film moi j’ai bien aimé et mon chéri non… grrr

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*